Coup de gueule

2 juillet 2011

Dimanche dernier je me suis promené en famille au Palatinat, tout content de pouvoir montrer à mes petits-enfants la joyeuse diversité de la flore tout au long de cette promenade. Le rouge pétant de de la baie du gouet, le bleu-nuit de celle de la parisette à quatre feuilles, l’ail rocambole pas encore éclos et plus haut, juste à côté des tilleuls bicentenaires massacrés en mars dernier pour des raisons pseudo-sécuritaires, le jaune lumineux du lysmiaque et le magnifique œillet arméria finement ciselé. Et en prime, en face des deux tristes moignons des tilleuls abattus, les deux orchidées toujours en fleur (voir l’article du 19 juin).

Aujourd’hui tout a disparu, fauché, ratiboisé, la boule à zéro au nom du propre en ordre. Pourtant depuis des années, les institutions compétentes préconisent la fauche tardive des bords de routes (pas avant fin août) pour favoriser la biodiversité. De plus la fauche à ras le sol détruit les plantes et accentue l’érosion du terrain et les résidus de fauche laissés sur place enrichissent le sol et favorisent les espèces à croissance rapide (orties etc) au dépens des plantes à fleur.

Pour voir des fleurs dans le quartier il faut se rabattre sur les géraniums et pétunias plantés à grands frais dans les ronds-points et autres bacs en eternit alors que celles offertes “à l’œil” par la nature pourrissent lamentablement sur les bords des chemins.

Saisons belles qui passent.

Karl Inglin

Oeillet arméria

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: