Le baguage des martinets

28 juillet 2011

C’est le mercredi 13 juillet que nous avions rendez-vous devant le collège St. Michel pour le baguage des jeunes martinets à ventre blanc.

Nous sommes montés tout en haut du bâtiment pour accéder aux nids. Alors, nous commençons, moi je notais les informations sur les oiseaux. Pierre Bize, lui, prenait les jeunes qui ne volaient pas encore et les baguait, il avait mis du scotch autour de ses doigts car avant, lorsqu’il ne faisait pas encore ça, il avait des trous dans chaque main à cause des griffes des petits (et parfois aussi des adultes) qui pincent fort.

Puis commence la longue et pénible traversé de la travée où nous devons ramper car maintenant la hauteur des combes n’est plus que de environ 50cm (avant haute de plus d’un mètre), elle est aussi pénible car c’est dans 5cm de caca et de parasites (les pupipares) et en plus il faut faire attention de ne pas écraser des bébés.

Cette fois, avec les martinets, nous ne mesurons ou pesons pas les petits (cela prendrait trop de temps) mais les baguons seulement. Cela permet tout de même de découvrir de nouvelles choses comme celles-ci :

A Fribourg, qui est la plus grande colonie de martinets de Suisse, il y a une année sur deux plus de 300 petits et l’année suivante une centaine. Cela est dû aux parasites qui affaiblissent les petits. Donc une année sur deux, il y a beaucoup de parasites qui affaiblissent les petits et dès qu’il ne fait pas beau quelques jours c’est l’hécatombe car les martinets sont strictement insectivores et lorsqu’il pleut les insectes sont posés alors que vous ne verrez un martinet par terre que s’il est mort ou blessé. Ces oiseaux ne se posent que dans les nichoirs pour le nourrissage ou autres activités de nidification, ils ne se posent même pas à terre pour chercher des branches pour leur nid : celui-ci est fait de salive et de plumes et autres déchets ramassés en vol ( j’ai même vu dans un nid un morceau de plastique !). Bon revenons à nos moutons, il y a donc cette année-là peu de petits à l’envol mais les parasites ne vivent pas longtemps et pondent peu alors, l’année d’après les martinets sont peu affaiblis et les parasites pondent beaucoup car ils vivent longtemps et par conséquent l’année d’après le cycle recommence. Les parasites jouent donc un grand rôle dans la colonie. Ce qui est bizarre c’est que dans les autres colonies de Suisse où les martinets sont bagués, il n’y a pas ce cycle.

Cette année ce n’est pas une année avec 300 petits mais 143 petits ont été bagués et huit adultes ont été contrôlés ou bagués mais à côté de cela nous avons malheureusement trouvé plus de 49 cadavres de petits et 3 d’adultes…

Vous pourrez suivre l’évolution de la colonie en direct l’année prochaine sur le site suivant grâce à des webcams installée par le Musée d’histoire naturelle.

http://www2.fr.ch/mhn/livecam/livecam_mhn_11.htm

Pour moi, ce fut une expérience inoubliable et à renouveler l’année et prochaine et si les statistiques sont juste, il y aura environ 300 petits !!!

Si vous avez des questions ou des remarques envoyez-moi un e-mail à : gilles.hauser@gmail.com

Gilles Hauser

Baguage d'un martinet

Bien caché

Celui-ci est surveillé

Lorsque les ailes ne dépassent pas la queue de 1,5 cm, les petits ne peuvent pas voler

Cet adulte a le jabot plein d'insectes qu'il va transmettre à un petit

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: