Souvenirs 1800 (15)

8 avril 2012

Les souvenirs d’Elisabeth d’Affry (suite)

le 8 avril – nous avons été après midi sur la tour de St Nicolas, le temps était fort clair et la vue fort belle.

nous avons encore été aux etangs voir la pêche qui dure trois jours c’est le Commandant qui l’a faite faire pour donner le poisson aux couvens (1)

Mde rämi est accouchée d’une fille

le 9 avril

le 10 avril – j’ai retourné le matin pour la dernière fois chez Mr Landerset

le 11 avril

le 12 avril

le 13 avril – Larmintran est venu le matin avec Mr de Villardin

le 14 avril

Remarque: Une semaine plutôt calme. Patience, cela ne va pas durer.

1) Le 31 mars 1800, le commandant de place qui voulait “régaler les capucins de poisson” obtint de pêcher dans l’étang “en considération des égards qu’il a eu jusqu’ici pour la commune”.

Archives de la Ville de Fribourg, protocole de la Municipalité 1799-1800 fol.157

Fribourg en avril 1800

Que se passe-t-il dans la vie de tous les jours à Fribourg en ce printemps 1800. Le 7, “le chantre représente qu’il ne peut plus suffire aux dépenses qu’exige l’entretien des enfants de choeur, s’il ne reçoit pas au moins à compte de ce qui lui est dû à ce sujet”. Le 21 avril, la Municipalité demande à la Chambre administrative de lui “donner 40 à 50 sacs de grain soit à compte de ce qui nous est dû pour fournitures, soit comme prêt, afin que la Municipalité puisse faire face à ses besoins tant pour le paiement de ses pensionnés que pour les pauvres. La Municipalité décide alors de faire un geste et s’adresse au gouvernement pour obtenir du grain. Le même jour elle ordonne au Bumeister “de faire réparer le canal public de la rue de Lausanne qui est endommagé près du Cheval blanc”. Le 21 avril 1800, une citoyenne “divorcée d’avec son mari d’après jugement de l’évêque” obtient “de pouvoir jouir d’une partie de meubles pour elle et ses enfants” ainsi que de “deux cochons, vu que son mari a déjà disposé de deux cochons”. Quant au ramoneur Mathey, ordre lui fut donner “de ramoner aussitôt la cheminée dans la Maison du citoyen Bovard sur la Planche, et ce sans en être payé. Vu qu’il l’a récemment ramonée on ne peut plus mal”.

Le 21 avril 1800, la Municipalité prend connaissance d’une lettre adressée par la Chambre administrative à la chambre de régie dans laquelle le gouvernement cantonal estime “que la Commune de Fribourg doit rester dans ses anciennes limites qui s’étendent jusqu’aux bornes connues sous le nom de Burgerziehl, tandis que la Municipalité se montre résolu “de les étendre si possible jusqu’aux Bürgurziel”.

Le 23 avril, Jean-Baptiste Farvagnié obtient la “concession du fond des maisons écroulées à la Grand-Fontaine pour en faire un jardin”, à condition “que la Municipalité pourra retirer à elle ce terrain lorsqu’il le jugera avantageux au public” et que “ce citoyen établira et entretiendra un mur assez fort pour empêcher l’écroulement de la rue”. De plus, “il ne pourra aplanir ce terrain, mais devra le laisser en pente, dont la partie la plus élevée sera celle qui est du côté de la rue”. Le 29 avril 1800 “le propriétaire des Bains de la Badstube au nom de quelques autres citoyens demande que l’on ouvre de nouveau le grand escalier qui a été fermé à cause des troupes qui étaient casernées, quel motif n’existe plus”. La Municipalité refusa arguant du fait que des troupes pouvaient toujours revenir et que surtout “cet escalier n’est pas praticable et que la Municipalité n’a pas les moyens d’y faire les réparations nécessaires”. Le 27 juin 1800, plusieurs particuliers des Places et de la Neuveville obtinrent de rétablir à leurs frais le passage des grands escaliers à condition de le fermer lorsqu’il y aura de la troupe dans la caserne et d’établir une porte au bas qui, “ainsi que la supérieure sera tous les jours fermés à la nuit tombante et ouverte au jour venant”.

Alain-Jacques Tornare: Fribourg, il y a deux cents ans (extrait) – Archives de la Ville de Fribourg, protocole de la Municipalité 1800

Si vous avez manqué le début: https://frbourg.wordpress.com/souvenirs-1800/

Joseph Landerset

Joseph Landerset, Courgevaux 1808

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: