Souvenirs 1800 (19) Le voyage de noce

6 mai 2012

Les souvenirs d’Elisabeth d’Affry (suite)

le 5 mai – nous sommes partis à quatre heures du matin, j’ai été avec mde Vallier la petite et sa bonne dans un postvagen quelle avait pris pour sa course et ces messieurs sont partis avec les chevaux de mr de Roll, a peine avions nous fait une lieue, que la bonne se trouva mal et vomit a cause de la place de devant quelle avait, de sorte que je lui rendis celle du fond, et m’en allai dans notre voiture jusqu’à berne, nous nous sommes arretés à fraubrunn, pour changer de chevaux et déjeuner

j’ai ecrit par le cocher un mot à mlle Settier en lui envoyant la mesure et un echantillon de cheveux pour une perruque quelle voulait bien se charger de me faire faire

arrivés à berne d’assez bonne heure, j’ai été chez mde Savary et chez Sophie, mr lanther est venu nous voir et nous l’avons invité à diner, mr Savary que nous n’avions pas trouvé le matin est venu nous voir pendant le diné

comme on nous avait donné une chambre que le general moncei (1) venait de quitter, le gal monchoisi (2) qui l’y croyait encore vint l’y chercher, voyant qu’il s’était trompé, il s’arrête un moment, cause avec mdme Vallier qu’il connaissait fut très honnête et s’en alla

Mr de Villardin m’a donné une petite chaine d’or fort jolie et une tasse de porcelaine qu’il avait acheté à la foire de berne, après diné mde aftelmann nous a engagé en attendant les chevaux a aller dans sa chambre ce que nous avons fait, elle y a été très aimable

arrivés à la porte de la ville je fis mes adieux à mde Vallier, dit à jacques blanc de conduire la voiture jusqu’à la porte des etangs, et je montai la ville à pied avec guillaume et Mr de Villardin, je rencontrai mr ett mde bugnon, mde forestier et josephine, de qui j’ai reçus les complimens, étant arrivés à la porte avant la voiture, nous avons continué jusqu’à jevisy à pied, nous avons rencontré au cimetière de l’hôpital mdes de berlens et boccard avec ninette, mr boccard, albert fegely et ensuite consatantin, ils sont venus avec nous jusque vers la porte, ils arrivaient de gevisy ou on nous avait attendu toute la journée

nous sommes enfin arrivés à gevisy ou j’ai trouvé mes parens en bonne santé, j’ai eu un plaisir extrême a les revoir, j’ai donné à julie un eventail et à minette un peigne doré, j’ai trouvé le major etabli à gevisy

le 6 mai – j’ai été chez mdme de Berlens le matin ainsi que chez mes tantes fegely, Vicomtesse et Diesbach, à mon retour à gevisy j’ai trouvé sur ma table dans ma chambre le charmant necessaire que mr de berlens m’avait envoyé pendant que j’étais à fribourg qui m’a causé autant de surprise que de plaisir, après diné nanette est venue avec constantin et plus tard, mr de berlens est venu avec ninette, je lui ai fait mes remerciemens et j’ai donné un demi louis à bertschi qui avait été le porteur du necesssaire

nanette est partie avec mr de berlens dans son Wicki avec ninette

Charles était venu me voir de bon matin et il est venu en ville et revenu à gevisy avec moi, mimi est parie pour engi avec son père, j’ai donné une tasse de porcelaine au major

le 7 mai – j’ai été chez mes tantes Diebach et fegely, j’ai rencontré mimi qui arrivait de cugi, elle est venue avec moi à la maison de papa ou j’avais affaire

près diné mde de berlens et ma tante Diesbach sont venues nous avons fait un lotto et pris du thé ensembles

marianne guyot est venue et je lui ai dit de venir le lendemain pour s’établir avec ses effets

le 8 mai – marianne guyot est entrée à mon service

le 9 mai – j’ai été diner chez mdme de Berlens avec Walpourg son mari, belon et minette

j’ai été le matin à la maison de mr de Villardin avec mde Boccard et minette, j’y ai trouvé beaucoup de fleurs que mde boccard y avait fait apporter et un oranger en fleur et deux balons d’or en fleur et en pot, nous avons été voir toute la maison, dela j’ai été voir mde Gottrau, après mlle fegely et mde la brigadière à diné

mr de berlens m’a donné un très joli ridicule (3) et mr de Villardin un voile imitant la blonde noire, une robe de toile de jouey (4), deux chapeaux et un bonnet, j’ai donné aux gens de mr de Villardin un mouchoir et un demi louis à chacun

le 10 mai – mr de berlens, sa mère et ses sœurs ont dinés ici ainsi que madelaine, Gottrau de Nierlet, après diné on a été au verger, flore le petit cheval de ninette sur lequel elle était venue, minette y a monté longtems et s’en est fort amusé ainsi que tout le monde qui était la, mais en s’en allant à l’écurie il a donné un coup de pied au visage à libeck qui nous inquiète beaucoup, nous craignions pour son œil, qui heureusement n’eut point de mal, on le pansa ici, ensuite on le conduisit en cabriolet à la ville, un moment après nanette et fanchette sont venues

le 11 mai – nous avons été déjeuner avec mde de berlens, mr de berlens, ninette, tante Diesbach, Charles et mes sœurs et constantin

1) Général Bon Adrien Jeannot de Moncey

2) Général Louis Antoine Choin de Montgay, baron de Montchoisy

3) Ridicule, sac que les femmes portent à la main pour y mettre leur mouchoir, leur bourse, etc. Ridicule, en ce sens, est une corruption de réticule. On le nommait précédemment sac à ouvrage (Dictionnaire National 1855)

4) Toiles de Jouy, toiles (coton) peintes originaires de la manufacture de Jouy-en-Joras (près de Versailles) (Dictionnaire National 1855)

Si vous avez manqué le début: https://frbourg.wordpress.com/souvenirs-1800/

Berne

La manufacture de Jouy

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: