Gukeis, tzéna et poletz sur le Bletz

31 octobre 2016

Dans le Journal de fête du Tir fédéral de Fribourg en 1934, Alfred Collomb avait publié un article sous le titre “Fribourg il y a soixante ans”. Cela nous ramène donc aux environs de 1870. Voici un extrait de cet article.

« Oh ! cette Terrasse qui avait succédé aux échoppes malodorantes des « cordouanniers » et des tanneurs de la Halle aux draps, elle était vraiment le domaine réservé de tous les bambins et bambines du Bourg (…). Sur l’asphalte bordée de balustres et flanquée au coin de la maison Diesbach d’une laide cheminée d’usine dont le soubassement nous servait de manège, la succession des saisons ramenait, suivant un rythme invariable, les jeux obligés et quasi rituels : le saut à la corde, le tzéna, le gukeis, le saute-mouton, la « semaine » où, après des évolutions strictes et compliquées à cloche-pied, on aboutissait, un caillou sur la chaussure, en plein « dimanche » ou en « paradis ». Les billes jouaient aussi un rôle prépondérant dans nos jeux, et c’était à qui exhiberait avec le plus d’orgueil la bille de verre la plus irisée ou « en agathe véritable ». Que de « poletz » (ces frères bolzes des mapis, des ondins et des petits mamelouks genevois) s’allaient perdre dans les chéneaux, où d’intrépides gymnastes de sept ou huit ans les repêchaient, au grand effroi et à l’admiration enthousiaste de leurs compagnes de jeu, pour la plupart élèves comme eux de l’Ecole enfantine de la sévère Mlle Chassot. Du Bletz nous dominions tout le Bourg, nous en étions l’exubérance et parfois la terreur (…) De la Terrasse, quand les agents, attirés par quelque méchante farce dont était victime le marchand de « wecks » et de « biscaumes » des Ormeaux, faisaient mine d’intervenir, nous dégringolions en trombe, et comme une volée de moineaux, nous envahissions la Place de la Grenette, pour nous réfugier, en contournant Notre-Dame, sur l’ancien cimetière caillouteux des Cordeliers»

Le "Bletz" et l'aqueduc du Pont-Muré peu avant sa démolition, d'après un dessin de François Bonnet

Le « Bletz » et l’aqueduc du Pont-Muré peu avant sa démolition, d’après un dessin de François Bonnet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :