La légende diabolique de la naissance de Fribourg

13 octobre 2017

Berthold III, en bâtissant Fribourg en Brisgau, avait un jour manqué d’argent et fait un juron terrible: Par Belzébuth! Aussitôt paraît devant lui un riche seigneur costumé à l’orientale, qui lui offre un monceau d’or payable sans autre condition qu’une échéance fixe mais éloignée. Le Duc accepte et le terme fatal n’arrive que sous son neveu Berthold IV. L’argent manquait encore, mais grâce à son aumônier, Berthold avait flairé le malin et s’était entouré de croix et d’amulettes pour attendre son redoutable créancier. Il paraît; c’était bien le Diable et messire Satan en personne qui, furieux d’être joué et sans prise sur son débiteur, se transforme en oiseau monstrueux et fuit à tire d’ailes en emportant dans ses griffes quelques maisons neuves de la ville Souabe et jusqu’au palais du Duc. Celui-ci et toute sa suite se mettent aux trousses du ravisseur et chevauchent à travers monts et vaux. La poursuite est vaine, le ravisseur va être hors d’atteinte lorsqu’à la prière du fidèle aumônier, en traversant le gouffre et le sombre ravin de la Sarine le malin est saisi d’une horrible défaillance mêlée de peur et d’atroces coliques.

Il lâcha tout et laissa tout son cas s’en aller sur le rocher avec grande puanteur, dit la naïve légende. Les maisons tombèrent ainsi la plupart au fond de l’abime, le château ducal resta suspendu a la crête du rocher; Satan disparut fou de terreur et la suite du duc arriva juste a temps pour faire acte de possession. Quant a Berthold, il s’était égaré la veille pendant un violent orage dans le bois de Schmitten et avait couche dans la hutte d’un charbonnier entre un sac de farine et un sac de charbon. Un peu de lait aigre sorti d’un chaudron avait compose son frugal repas du soir. De grand matin il s’éveille aux cris de ses gens accourant joyeux lui annoncer la nouvelle ville si diaboliquement placée et a laquelle il ne manque plus que des habitants et des lois, des couleurs et des armes. Berthold se relève moitie enfarine et noirci et, se secouant, il déclare solennellement qu’il veut faire un bourg libre et religieux de la ville nouvelle; il la voue au Seigneur a tout jamais, la dote de privilèges et franchises pour attirer des habitants, lui donne l’utile chaudron pour Écu et pour couleurs distinctives le blanc et le noir mêlé de son pourpoint; puis il en assigne les limites territoriales et fait, en guise de bornes, planter partout des croix pour écarter le malin et le réduire a l’impuissance. Ainsi, selon la légende, Fribourg volée par le Diable fut restituée et consacrée a Dieu, reçut des lois, un écusson et un drapeau et devint Bourg libre ou franche ville. Telle est l’origine des croix nombreuses qu’on voit sur son territoire.

Nouveaux souvenirs de Fribourg : ville et canton par F. Perrier, 1865

Diables. Cathédrale Saint Nicolas

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Changer )

Connecting to %s

%d bloggers like this: