Le quartier du Bourg respire à nouveau…

16 avril 2018

Le Service de l’environnement a mesuré les concentrations de polluants atmosphériques dans le quartier du Bourg à Fribourg de 1987 à 2015. Il vient de publier un rapport qui condense les principaux résultats. La qualité de l’air dans le quartier du Bourg s’est nettement améliorée dès la fermeture du pont de Zaehringen au trafic individuel motorisé en octobre 2014. Les valeurs limites sont désormais respectées pour le dioxyde d’azote et les poussières fines.

Les mesures de la qualité de l’air dans le quartier du Bourg à Fribourg ont débuté en 1987 et ont duré jusqu’en 2015. La période d’observation aura duré 28 ans. C’est la plus longue série de mesures effectuées dans le canton de Fribourg.

La zone autour de la cathédrale Saint-Nicolas a été exposée à une pollution atmosphérique importante, en raison d’une circulation dense dans des rues très encaissées et mal ventilées. De 1987 à 2013, les valeurs limites d’immission pour le dioxyde d’azote (NO2), les poussières fines (PM10) et l’ozone (O3) n’ont pas été respectées.

Suite à la fermeture du pont de Zaehringen au trafic individuel motorisé en octobre 2014, la circulation a fortement diminué dans le quartier du Bourg. La qualité de l’air s’est de ce fait clairement améliorée. Depuis 2015, les concentrations en NO2 et en PM10 se trouvent nettement en dessous des valeurs limites. La charge d’ozone correspond quant à elle aux valeurs rencontrées dans les agglomérations, plus basses qu’en zone rurale.

L’amélioration de la qualité de l’air aura des effets bénéfiques sur la santé des personnes qui habitent et fréquentent le quartier du Bourg, ainsi que sur les bâtiments historiques dont les façades étaient dégradées par les émissions polluantes.

Au vu des derniers résultats, il n’est plus nécessaire de mesurer la pollution atmosphérique dans le quartier du Bourg à l’aide d’une station. Une surveillance de la charge en dioxyde d’azote est toutefois maintenue. Depuis 2016, elle est mesurée à l’aide de capteurs passifs, une méthode qui permet de calculer facilement et à moindre coût la moyenne annuelle. Les résultats de 2016 et 2017 sont nettement en dessous des valeurs limites.

Source: Actualités de l’Etat de Fribourg, 16.04.2018

http://www.fr.ch/ww/fr/pub/functions/toutes_les_actualites.cfm?fuseaction_pre=Detail&NewsID=64166

Photo: Laurent  Sciboz: http://aerostier.ch/

Photo Laurent Sciboz

Advertisements

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Changer )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Changer )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Changer )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: