Visite des remparts

27 mars 2019

Parcourir le plus long tronçon de remparts existant encore en Suisse, allant du Belluard aux jardins de la HEP en passant par la Tour des Rasoirs et la Porte de Morat est à nouveau possible cette année.

Les visites sont libres tous les jours du 1er avril au 3 novembre 2019 de 9h à 19h.

Cette année la fameuse Tour Rouge est également accessible.

Fribourg Tourisme organise des visites guidées. En soirée, un chevalier et une commère emmèneront les visiteurs à la découverte de la ville, en leur racontant histoires et légendes.

Publicités

L’Espace-galerie Trait noir vous invite à sa prochaine exposition:

Chantal Codourey, photographies

Vernissage samedi 30 mars 19 à 17h00
Ouvert les samedis 6 avril, 13 avril, 20 avril de 10h à 16h
Finissage le samedi 20 avril dès 17h00

Chantal Codourey

Fermée l’année dernière pour permettre la rénovation complète de l’immeuble, la Coutellerie va prochainement reprendre ses activités.

Pour se faire une idée de ce que va donner cette aventure, toute personne motivée à donner de son temps bénévolement pour ce projet est conviée le 1ER AVRIL à 18h30 A LA COUTELLERIE pour la réunion D’OUVERTURE!

En attendant, les responsables sont à la recherche du matériel suivant:

Casseroles,
poêles,
couteaux,
thermos,
jarres,
gros contenants (liquide &solide),
ustensiles(bar/cuisine),
louches,
spatules,
réchauds,
yaourtière,
tables (pliables),
jeux (de société et autres, pour petits et grands)
Stylos/crayons papier/feutres,
un beamer,
lampes,
matériel de nettoyage,
théières,
une voiture,
boule(s) disco,
plantes,
mixer de compèt (genre le Kenwood de l’économie familiale)
rice-cooker,
bouilloire,
haut-parleurs,
bols à soupe,
assiettes creuses,
assiettes plates,
couverts (couteaux, fourchettes, cuillères)
verres à pieds,
verres à eau,
saladiers / grands bols,
cafetières italiennes,
plaques électriques,
tasses à café / expresso,
tasses à thé,
serviettes en tissus,
carafes,
bougies,
vaisselle taille enfant (mais pas du plastique!)
2-3 grandes ardoises
papier kraft
planches de bois massif

Si vous avez ou savez où récupérer des objets qui sont dans la liste,
contactez par mail: lacoutellerie@riseup.net

Merci!

Marion Canevascini

15 mars 2019

Depuis une quinzaine d’années, Marion Canevascini poursuit en peinture une recherche sur la notion de trame ou de canevas, inspirée par le principe de contrainte comme moteur de la création.

Les toiles présentées ici constituent la deuxième partie d’un projet montré au printemps 2015 à la galerie Trait Noir. Les structures peintes y évoquent des parquets dont les lames seraient disposées de façon alternée, croisée ou en damier.

La structure, abstraite, fonctionne ici encore métaphoriquement. Ces lames croisées, bien plus qu’un plancher parqueté, suggèrent un cheminement à tâtons dans un univers d’obstacles : quel choix l’oeil va-t-il opérer ? Quel chemin va-t-il prendre ? La structure représente-t-elle un enfermement qui limite, qui contraint, ou au contraire un garde-fou sur lequel s’appuyer ?

Car la grille est aussi le point de départ qui motive l’oeuvre. Comment, à partir d’un dessin pauvre et fragmenté, échapper au déterminisme et rétablir une cohérence ? D’ailleurs, est-il souhaitable de rétablir une cohérence ?

Du rapport entre un élément et son ensemble naît une tension qui traverse l’image ; cette tension circule, suit les mouvements de l’oeil, cherche une échappatoire, crée le malaise, ou au contraire, s’organise, s’équilibre, se résout.

C’est précisément dans ce va-et-vient de l’oeil sur la toile que se construit la relation entre l’image et son spectateur. Ainsi l’image trouve-t-elle sa forme définitive dans l’oeil de celui qui regarde, le spectateur étant celui qui, le dernier, achève le tableau.

C’est avec une grande joie que le Musée Gutenberg peut présenter cette nouvelle exposition temporaire à nos visiteurs du 17 mars au 7 avril 2019.

Vernissage samedi 16 mars 2019 à 18h

20h Concert de Christophe Piller (piano) et Marie Bavaud (violoncelle)

Marion Canevascini

 

Adieu Robert

27 février 2019

Après 35 ans d’activité dans le quartier du Bourg, à la rue de Zaehringen puis à la rue des Épouses, l’orfèvre-joaillier Robert Möschler a mis les clés de son atelier sous le paillasson. Robert poursuivra ses activités  professionnelles chez lui à Treyvaux.

Il est toujours triste de voir partir un artisan qui a œuvré durant de longues années dans le quartier. Merci Robert et bonne continuation!

Son local sera repris par une jeune bijoutière qui y installera son atelier tout prochainement. C’est une très bonne nouvelle!

 

La Galerie J.-J. Hofstetter expose les œuvres de Susi Lüthi, Anne Carole Rueger et Jean-François Zehnder. Du 22 février au 30 mars 2019.

Vernissage vendredi 22 février 2019 dès 18h

Susi Lüthi

Anne Carole Rueger

Jean-François Zehnder

Rénovation des Arcades

20 février 2019

Le Conseil général a accepté le crédit pour la rénovation du mythique Café des Arcades sur la Place des Ormeaux. Le travaux vont débuter en octobre 2019 et vont durer une année.

Tous les détails du projet de rénovation dans le message au Conseil général que nous mettons en lien: https: //www.ville-fribourg.ch/sites/default/files/inline-files/Message35_Transformation%20b%C3%A2timent%20Arcades.pdf

 

Le galeriste Jean-Jacques Hofstetter a eu l’excellente idée de prolonger une exposition dans la rue en posant une œuvre du sculpteur Emmanuel Lendenmann devant sa galerie. Comme tous les commerçants, fleuristes ou autres, qui posent des objets « décoratifs » dans la rue, il a du s’acquitter des émoluments habituels.

Actuellement la Ville de Fribourg projette d’occuper des locaux commerciaux vides pour des projets culturels. C’est une très bonne idée. Il serait également souhaitable de soutenir les commerçants ou galeristes qui occupent le domaine public d’une manière «décorative» en renonçant de les taxer. Un petit coup de main en faveur des surfaces qui ne sont pas (encore) vides…

A l’occasion de la 5ème édition du Salon du Livre Romand, la Galerie Cathédrale vous invite dans l’univers des « UNICORNES ».

Exposition vente du 16 février au 16 mars 2019 des planches originales de la bande dessinée « La chasse à la licorne ». Dessins de Gilles-Emmanuel Fiaux et scénario d’Eugène aux éditions de la Maison Rose, 2017.

Vernissage, le samedi 16 février dès 17 h, en présence des artistes.

Lecture, le 2 mars 2019, à 17h, par EUGENE, de « Ganda» histoire folle d’un rhinocéros, roman d’Eugène,  Aux éditions Slatkine, 2018 

L’Accroche-Choeur sous la direction de Jean-Claude Fasel fête ses 30 ans avec un concert à l’Église des Cordeliers.

Au programme le Requiem, la Messe des Pêcheurs de Villerville et le Cantique de Jean Racine de Gabriel Fauré.

Jennifer PELLAGAUD, soprano
Jean-Luc WAEBER, baryton
La Chapelle Instrumentale de la Cathédrale Saint-Nicolas
direction Jean-Claude FASEL

Église des Cordeliers, samedi 16 février 2019 à 20h

 

En 1957, cinq copains artistes s’associent pour créer le Groupe Mouvement à Fribourg, où il n’existe alors pas de galerie. Ils ont la volonté de donner accès à l’art au plus de gens possible. Pendant plus de 50 ans, Mouvement organise des dizaines d’expositions, soutient de jeunes talents, expose des artistes venus de nombreux pays, promeut l’art sous toutes ses formes et propose des œuvres accessibles à toutes les bourses. Témoignage de cette période, cet ouvrage a pour but non seulement de rendre hommage à ces artistes, mais aussi de donner accès à leur travail. Avant-gardistes, les membres du groupe n’ont pas tous fait d’importantes carrières et sont, pour certains, restés un peu dans l’ombre.

Historien de l’art formé à l’Université de Fribourg, Philippe Clerc a travaillé pour la maison de vente aux enchères Christie’s avant d’entrer au service de différents collectionneurs suisses et internationaux. Spécialiste de la peinture suisse des XIXe et XXe siècles, il a notamment fait des recherches sur Corot en Gruyère, mais également sur les élèves de Ferdinand Hodler à Fribourg et Genève.

Vernissage du livre, Galerie J.-J. Hofstetter, mercredi 13 février 2019 de 17h à 22h

Fermera ou fermera pas? A l’heure actuelle nul ne le sait vraiment. A l’exception des managers de la Poste nourris depuis des années au biberon du néolibéralisme. Cas échéant, les usagers, le personnel et les autorités communales seront mis devant le fait accompli. Comme d’habitude.

La fermeture de la Poste du Bourg serait un coup dur pour tout le quartier, ses habitants, commerçants, artisans et nombreuses administrations communales et cantonales qui utilisent ses services.

A l’heure où le géant jaune traverse des turbulences (affaire CarPostal et réunions de cadres coûteuses et inutiles), les responsables feraient bien de se souvenir que La Poste appartient au peuple suisse et que sa mission première est de servir le public et non pas d’engranger des bénéfices mirobolants.

 

L’âge adulte, c’est quand, c’est comment, c’est quelles étapes? Après les racines à Lausanne, l’enfance à Neuchâtel, l’adolescence à Saignelégier, la caravane du Collectif DIRE fait escale à Fribourg pour évoquer l’âge adulte lors de l’apéro « Récits de vie » du lundi 18 février 2019 de 19h à 21h. Avec vous?

Galerie Contraste, Ruelle des Cordeliers 6, 1700 Fribourg

Composer et imprimer sur de vieilles machines, relier, brocher et gaufrer un livre, imprimer votre t-shirt en sérigraphie.

Visiter l’exposition permanente du Musée et l’exposition temporaire consacrée à Bernard Schorderet.

L’Association des Amis du Musée Gutenberg vous invite le dimanche 3 février 2019 de 10 à 17 heures pour ces manifestations gratuites.

http://www.gutenbergmuseum.ch/fr/accueil/events/

Du nouveau dans la gastronomie du Bourg.

L’établissement du « Rendez-vous » à Fribourg est devenu un restaurant sans égal (singolo), grâce à Emilio, le cuisinier sicilien. Une véritable cuisine de métier, avec d’authentiques recettes et produits « sauvages », comme il dit, de l’amuse-bouche au dessert. On ne parle pas de chaînes à franchises pseudo-italiennes ni de lessiveuses fiscales, là. Je sors de sa cuisine (littéralement) où j’ai dégusté à discrétion les fromages de pâtres de sa région et les macérations inénarrables qu’il confectionne lui-même dans des caves mystérieuses dont Fribourg regorge. Car Emilio adore faire découvrir aux clients ses dernières concoctions à base de produits exclusifs: cela lui fait énormément plaisir, cela se voit, et c’est contagieux dans le bon sens du terme. Il faut dire alors que le rapport qualité-prix est très avantageux – pour tout le monde. On reçoit plus que dans son assiette!

Ils ne font pas de pub, mais Emilio est un homme-sandwich à lui tout seul, érudit en littérature de cuisine en plus. Vous avez déjà rencontré un cuisinier qui peut vous parler de Brillat-Savarin, Auguste Escoffier et un Milanais dont j’ai oublié le nom – les trois maîtres de la cuisine, dit-il? Et tant d’autres choses… Cela me fait songer aux pâtissiers de Fribourg qui ont disparu – ceux qui avaient reçu les traditions bavaroises, autrichiennes des copieuses crèmes alcoolisées qu’on ne connait plus (Joye, Perriard, etc.) sous l’effet conjugué d’un hygiénisme faiblard et d’un snobisme en verrine calibré pour employés de banques et agences de tourisme recrutant peut-être les neuves générations (hélas!).

À essayer, le « Rendez.Vous ». C’est au bas de la rue de Lausanne, rue Pierre-Aeby 1. Le quartier du Bourg n’est pas mort!

Ma critique personnelle: le décor est un peu froid et fruste et ne correspond pas encore à la perle rare qui sommeille en ce lieu. Mais Emilio a du coffre, et il réchauffe l’atmosphère.

J’oubliais: Emilio aime sa Sicile natale, et il en connaît un rayon sur les cuisines du monde, en particulier en ayant passé une partie de sa vie sur l’île caribéenne de Saint-Martin, mais il ajoute qu’en Suisse « vous avez une qualité de vie incroyable, des produits de base de qualité magnifique, c’est le mieux que j’ai connu, et c’est essentiel pour la cuisine. » Espérons que nos représentants attendent un peu avant de les miser au marché du Temple ou dans des souks lointains!

JC Emmenegger

Emilio Di Blasi – Le Rendez-Vous

La Ville de Fribourg lance, à partir du mercredi 23 janvier une étude qualitative sous la forme d’une enquête de terrain, afin de dresser un diagnostic fin des pratiques actuelles en matière de stationnement dans le Bourg et appréhender les besoins des usagers.

Dans le cadre de la requalification du quartier du Bourg et dans le prolongement de la révision du Plan d’aménagement local, mis à l’enquête publique en fin d’année 2018, le Conseil communal de la Ville de Fribourg souhaite analyser de façon plus fine les pratiques des usagers en matière de stationnement, dans le quartier du Bourg et le pourtour de la Cathédrale. D’où viennent les utilisateurs ? Quels sont leurs motifs de déplacement, leurs besoins multimodaux, leur contribution à l’économie du quartier ? Autant de questions, parmi d’autres, qui nécessitent d’être clarifiées pour mieux comprendre les besoins réels et effectifs du Bourg en matière de stationnement.

Un changement de paradigme est palpable dans la relation de l’Homme envers son environnement. Les espaces publics, qui revêtaient un aspect fonctionnel il y a peu, tendent de plus en plus vers une vocation d’espaces de détente et de rencontre. Cette évolution sociétale place l’usager au premier plan. La fonctionnalité devient secondaire. Le but du sondage est par conséquent la réalisation d’une étude sur les usages et l’objectivation des besoins.

L’étude a été confiée par la Ville de Fribourg à Mobil’homme, bureau de sciences sociales basé à Lausanne et spin off du Laboratoire de sociologie urbaine (LaSUR) à l’EPFL. La méthode mise en œuvre pour réaliser ce diagnostic a déjà été appliquée avec succès dans le cadre d’autres études d’usages. Elle repose prioritairement sur un questionnaire d’une dizaine de minutes, permettant de définir les profils des usagers, leurs motifs de stationnement ainsi que le rythme et la temporalité de celui-ci. Le questionnaire est rempli avec les usagers. Le dispositif inclut une présence de quatre enquêteurs, à différents moments de la journée et de la semaine sur certains points stratégiques du périmètre, dont les parking de la place Notre-Dame, de la place des Ormeaux et du Petit-Paradis, ainsi que du pourtour de la Cathédrale. Une analyse statistique des données récoltées permettra de dresser un diagnostic complet des usages et de mettre en lumière les points saillants des besoins en stationnement.

Le Conseil communal remercie la population de faire bon accueil aux enquêteurs.

(Communiqué de la Ville de Fribourg)

Pour débuter en beauté l’année 2019, la Galerie J.-J. Hofstetter propose une exposition et un concert.

Du 18 janvier au 16 février 2019 la galerie expose les œuvres de Cecilia Demarmels, Emmanuel Lendenmann et Lauriane Sallin.

Vernissage vendredi 18 janvier 2019 dès 18h.

Le Francis Coletta Trio, Francis Coletta (guitare), Antoine Ogay (contrebasse) et Chris von Hoffmann (batterie) sera en concert le vendredi 25 janvier 2019 à 20h.

Cecilia Demarmels

Emmanuel Lendenmann

Lauriane Sallin

Merci Edgar!

24 décembre 2018

Une page se tourne. Un livre d’heures arrosées s’assèche. Un roman de quartier prend fin et s’apprête à rejoindre les légendes. Le café du Théâtre, dans le quartier du Bourg, ferme ses portes (il en a deux, comme tout bistrot qui se respecte! une principale et une latérale pour toutes sortes de raisons!) et probablement qu’elles ne rouvriront pas de sitôt. Edgar Vonlanthen, son patron, prend sa retraite après quarante ans d’activité.

Quand il a commencé, le Bourg à l’arrière de la cathédrale comptait une dizaine d’établissements comparables, qui ont presque tous disparu. Maréchaux, Poste, Duc Berthold, Chamois… «Les bistrots étaient pleins de monde tout le temps», se souvient Edgar Vonlanthen. Au début, c’était pas facile de faire ma place comme Singinois.» Puis il a instauré la chasse d’octobre à décembre et le mois de février du sanglier, avec une carte simple à côté. Combien de touristes n’ont-ils pas été éberlués de se trouver face à face avec ce qu’ils ne cherchaient pas: l’authenticité! Dernièrement, un groupe de nos touristes voisins, Neuchâtelois, se félicitaient de retrouver un peu de ce qu’ils avaient perdu dans leur canton où, selon eux, des bistrots pareils n’existaient déjà plus.

Des patrons comme Edgar, on n’en voit plus beaucoup. Qui vous prépare un sandwich copieux «à l’ancienne», à n’importe quelle heure? Qui offre une poignée de mains à chaque client, sans exception? Qui nous offre un canon, au bout d’un moment? Présent du matin au soir. Sans compter les prolongations avec les habitués. Cela soigne les plus timides. Cela entretient la flamme des esseulés qui sont venus chaque jour pour trouver un peu de réconfort. C’était l’endroit où se rencontraient les générations et les métiers en trois langues (romand, singinois, bolze): le rugbyman et l’assureur, le balayeur à la rose et le colleur d’amendes, l’électricien et le sacristain, le retraité et le journaliste… Et des conseillers fédéraux qui devront, à l’avenir, trouver un autre lieu de rendez-vous discret autour d’un caquelon de fondue et d’un pot de blanc.

Qui d’autre qu’Edgar pouvait rassembler autant de monde éclectique? Hommage aussi à celles qui l’ont entouré, sa femme Noan et ses fidèles collaboratrices, Anita, Nathalie, Jacqueline.

JC Emmenegger

Edgar (photo JC Emmenegger)

Edgar2

(photo JC Emmenegger)

Petit concert de Noël

21 décembre 2018

Noëls traditionnels et extraits de « A Ceremony of Carols » de Benjamin Britten.

Maîtrise de Fribourg

Direction: Sébastien Vonlanthen

Herpe: Edmée-Angeline Sansonnens

Cathédrale Saint Nicolas

Mardi 25 décembre 2018 à 16h

Entrée libre/collecte

© Jean-Claude Gadmer

 

 

 

« Au printemps 2016 je voulais juste sentir encore un peu le mouton, alors je suis parti dans les Pyrénées et c’est toute une vallée que j’ai respirée jusqu’à l’ivresse. »
L’homme qui a vu l’ours, la brebis arc-en-ciel, le cyrcaète jean le blanc, l’ours ďArdiden , Hercule et la princesse Pyrène, Marcel le berger sont autant de rencontres étonnantes. Le tout saupoudré avec l’accent du midi. »

Dominique Pasquier vous invite à un voyage entre légende et anecdotes, rire et émotions.
Vous prendrez bien un peu de Béarn !

Le Tunnel, vendredi 14 décembre 2018 à 21h

http://dominique-conteur.ch/