Le percussionniste et compositeur Fritz Hauser se donne un cadre limité pour faire naître tout un monde. Un crescendo qui enfle sans cesse, s’épanouit en uncosmos sonore complexe puis s’estompe, un roulement de caisse claire finement modulé dans lequel se dessine petit à petit une pulsation. Il mise sur des idées simples en apparence, se contente d’un instrumentarium réduit, laisse le silence produire son effet et crée ainsi des arches d’une grande cohérence et d’une belle éloquence percussive. Ses explorations sonores sont toujours planifiées avec précision.

Samedi de 20:00 à 21:30

Musée d’Art et d’Histoire Fribourg, Rue de Morat 12

Fritz Hauser

Publicités

Visite des remparts

27 mars 2019

Parcourir le plus long tronçon de remparts existant encore en Suisse, allant du Belluard aux jardins de la HEP en passant par la Tour des Rasoirs et la Porte de Morat est à nouveau possible cette année.

Les visites sont libres tous les jours du 1er avril au 3 novembre 2019 de 9h à 19h.

Cette année la fameuse Tour Rouge est également accessible.

Fribourg Tourisme organise des visites guidées. En soirée, un chevalier et une commère emmèneront les visiteurs à la découverte de la ville, en leur racontant histoires et légendes.

L’Espace-galerie Trait noir vous invite à sa prochaine exposition:

Chantal Codourey, photographies

Vernissage samedi 30 mars 19 à 17h00
Ouvert les samedis 6 avril, 13 avril, 20 avril de 10h à 16h
Finissage le samedi 20 avril dès 17h00

Chantal Codourey

Fermée l’année dernière pour permettre la rénovation complète de l’immeuble, la Coutellerie va prochainement reprendre ses activités.

Pour se faire une idée de ce que va donner cette aventure, toute personne motivée à donner de son temps bénévolement pour ce projet est conviée le 1ER AVRIL à 18h30 A LA COUTELLERIE pour la réunion D’OUVERTURE!

En attendant, les responsables sont à la recherche du matériel suivant:

Casseroles,
poêles,
couteaux,
thermos,
jarres,
gros contenants (liquide &solide),
ustensiles(bar/cuisine),
louches,
spatules,
réchauds,
yaourtière,
tables (pliables),
jeux (de société et autres, pour petits et grands)
Stylos/crayons papier/feutres,
un beamer,
lampes,
matériel de nettoyage,
théières,
une voiture,
boule(s) disco,
plantes,
mixer de compèt (genre le Kenwood de l’économie familiale)
rice-cooker,
bouilloire,
haut-parleurs,
bols à soupe,
assiettes creuses,
assiettes plates,
couverts (couteaux, fourchettes, cuillères)
verres à pieds,
verres à eau,
saladiers / grands bols,
cafetières italiennes,
plaques électriques,
tasses à café / expresso,
tasses à thé,
serviettes en tissus,
carafes,
bougies,
vaisselle taille enfant (mais pas du plastique!)
2-3 grandes ardoises
papier kraft
planches de bois massif

Si vous avez ou savez où récupérer des objets qui sont dans la liste,
contactez par mail: lacoutellerie@riseup.net

Merci!

Marion Canevascini

15 mars 2019

Depuis une quinzaine d’années, Marion Canevascini poursuit en peinture une recherche sur la notion de trame ou de canevas, inspirée par le principe de contrainte comme moteur de la création.

Les toiles présentées ici constituent la deuxième partie d’un projet montré au printemps 2015 à la galerie Trait Noir. Les structures peintes y évoquent des parquets dont les lames seraient disposées de façon alternée, croisée ou en damier.

La structure, abstraite, fonctionne ici encore métaphoriquement. Ces lames croisées, bien plus qu’un plancher parqueté, suggèrent un cheminement à tâtons dans un univers d’obstacles : quel choix l’oeil va-t-il opérer ? Quel chemin va-t-il prendre ? La structure représente-t-elle un enfermement qui limite, qui contraint, ou au contraire un garde-fou sur lequel s’appuyer ?

Car la grille est aussi le point de départ qui motive l’oeuvre. Comment, à partir d’un dessin pauvre et fragmenté, échapper au déterminisme et rétablir une cohérence ? D’ailleurs, est-il souhaitable de rétablir une cohérence ?

Du rapport entre un élément et son ensemble naît une tension qui traverse l’image ; cette tension circule, suit les mouvements de l’oeil, cherche une échappatoire, crée le malaise, ou au contraire, s’organise, s’équilibre, se résout.

C’est précisément dans ce va-et-vient de l’oeil sur la toile que se construit la relation entre l’image et son spectateur. Ainsi l’image trouve-t-elle sa forme définitive dans l’oeil de celui qui regarde, le spectateur étant celui qui, le dernier, achève le tableau.

C’est avec une grande joie que le Musée Gutenberg peut présenter cette nouvelle exposition temporaire à nos visiteurs du 17 mars au 7 avril 2019.

Vernissage samedi 16 mars 2019 à 18h

20h Concert de Christophe Piller (piano) et Marie Bavaud (violoncelle)

Marion Canevascini