Le temps d’un salut. Mais qu’est-ce que vous dites ?
Que c’était en 1972, ce petit atelier de la Samaritaine 22,
loué pour un seul billet de Giacometti par mois ? Allons donc,
vingt thunes, à l’époque, c’était un papier de saint Martin,
qui passait d’un autre bleu au manteau de ces mois…
Quarante ans, dame, ça vous martèle, ça vous fait des étincelles,
ça vous met en chemin !
Quarante ans à faire. Jean-Jacques Hofstetter. Une histoire
qui commence dans l’oubli des émaux. Mais qui se trouve
d’un coup dans la flamme des bijoux qui invente des mondes.
A qui bientôt répondent, dans le feu d’un autre élan, les sculptures.
Qui un moment s’espacent dans l’empreinte des dessins. Revient
le fer dans ses gestes, le fer encore inassouvi dans sa ronde.
Dans ses éclats de cercle où l’histoire se poursuit. Quarante ans.
Le temps sculpté veille. Et à l’instant vous prend dans son horizon.
Jean-Dominique Humbert, 2012

Samedi 2 juin 2012

Vernissage des peintures et sculptures murales au Restaurant de l’Hôtel de Ville de 9h à 11.30h, avec café croissant

Vernissage des bijoux, dessins et sculptures à la galerie de Jean-Jacques de 14h à 24h

Dès 19h musique avec Claudio Rugo y Amigos autour d’une bonne grillade et salades. Dessert bienvenu!

Jean-Jacques Hofstetter

Jean-Jacques Hofstetter, bijou

Brandy Butler, Américaine émigrée à Zurich, cultive un amour immodéré autant pour la musique de chambre que pour les grand(e)s de la soul, Aretha Franklin en tête.
Résultat, un projet aussi intimiste que groovy au nom évocateur, Chamber Soul, dont le line-up en trio est assez iconoclaste : un trombone, une guitare et la voix de velours de Brandy, qui sait se faire chatte autant que tigresse.
On vous aura prévenus. (Texte: Tout sur les Romands)

Jeudredi de l’Art-Buvette, jeudi 24 mai dès 18.30h

Les souvenirs d’Elisabeth d’Affry (suite et fin)

Au mois d’août 1800 Elisabeth d’Affry et son époux Nicolas, comte de Castella Villardin se rendent aux eaux de Plombières. C’est une station thermale chic des Vosges. Anciens thermes romains, les bains de Plombières accueillent au fil des siècles d’illustres curistes comme Montaigne, Louis XV, Voltaire, Beaumarchais, Napoléon Bonaparte, Joséphine de Beauharnais, Lamartine, Berlioz et Goya.

C’est dans ce décor huppé que Nicolas de Castella de Villardin meurt subitement le 30 août 1800 à l’age de 35 ans.

Dans son journal Elisabeth d’Affry ne mentionne jamais les sentiments qu’elle éprouve pour son mari. En parlant de lui, elle écrit toujours Mr de Villardin et chose qui frappe, c’est le seul nom qu’elle orthographie toujours avec une majuscule. Il s’agissait donc certainement d’un mariage de raison.

Elisabeth d’Affry ne se remariera pas. Veuve aisée et sans enfants elle sera l’une des figures incontournables de la vie mondaine de Fribourg et tiendra salon. Les salons sont une coutume importée de France. Ces assemblées se tiennent à un rythme hebdomadaire régulier. C’est la maîtresse de maison qui invite sa famille et ses connaissances. A Fribourg les salons sont surtout le fait de la famille d’Affry. L’épouse de Louis d’Affry, Marie-Anne-Consantine de Diesbach-Steinbrugg, réunit sa société tous les lundis et vendredis soir. Ceux de Elisabeth ont lieu les mercredis et ceux de Nanette, Marie de Castella de Berlens, l’épouse de Guillaume d’Affry, les mardis. Ces salons prennent toute leur importance en 1803 et 1809, lorsque Louis d’Affry est Landamman de Suisse et que Fribourg accueille les participants à la Diète ainsi que les représentants diplomatiques étrangers.

Autre fait marquant. En 1809 Elisabeth, catholique pratiquante, est reçue dans la loge maçonnique de Sainte Caroline à Berne, le même jour que l’épouse de l’ambassadeur de France en Suisse, Auguste de Talleyrand.

Elisabeth meurt en 1831 à l’age de 56 ans.

Quand au patronyme d’Affry, il s’éteint vers 1850 avec les mariages des sœurs Adèle et Cécile d’Affry. Adèle, l’artiste Marcello, s’unit à une famille italienne Colonna et Cécile à une famille autrichienne Ottenfels.

Marcello (Adèle d’Affry, duchesse Castiglione Colonna): http://www.fr.ch/mahf/fr/pub/musee_art_et_histoire/collection/i77625_1.htm

Sources:

Georges Andrey et Alain-Jacques Czouz-Tornare, Louis d’Affry, 1743-1810, Premier Landamman de la Suisse

Francis Python, Pouvoirs et société à Fribourg sous la Méditation (1803-1814)

Remerciements:

Le Blog du Bourg remercie Monsieur Alain Hunziker, brocanteur et propriétaire du Journal de Elisabeth d’Affy, Monsieur Alain-Jacques Tornare, historien et Monsieur J.-Daniel Dessonnaz, archiviste de la Ville de Fribourg.

Si vous avez manqué le début: https://frbourg.wordpress.com/souvenirs-1800/

Plombières

Elisabeth d’Affry

Ce mois Gilles nous présente une Barge à queue noire, un Lièvre brun, une goutte d’eau, un Gobe-mouche et un Rossignol chantant.

Nous vous rappelons l’exposition de Gilles au CO du Belluard jusqu’au 25 mai 2012, du lundi au vendredi de 8.00 à 12.00 et 14.00 – 18.00

Barge à queue noire, Photo Gilles Hauser

Lièvre brun, Photo Gilles Hauser

Goutte d’eau, Photo Gilles Hauser

Gobe-mouche noir, Photo Gilles Hauser

Rossignol chantant, Photo Gilles Hauser

Saloperies de fleurs

15 mai 2012

Ces Pissenlits et autres saloperies qui se permettent de pousser entre nos pavés, ces Corydales jaunes et Ruines de Rome qui maculent nos magnifiques murs de tuf et de molasse, il faut les éradiquer. Et lorsque, comble de l’arrogance, ces fleurs sont belles et très rares comme l’Oxalis corniculé*, il faut les étêter, faucher, hacher menu. Surtout que ces saloperies pourraient attirer des abeilles, papillons et autre vermine ailée. Et tant pis pour ces cœurs tendres et doux rêveurs qui s’émerveillent naïvement devant la beauté d’une fleur. Non mais!

Heureusement que nos Édiles veillent au grain. Ces preux chevaliers du propre en ordre et leur troupe équipée d’armes redoutables mènent une guerre sans merci contre ces envahisseurs indésirables. C’est la Croisade permanente, la guerre sainte quotidienne pour vaincre vaillamment cette foutue nature qui n’a rien chercher dans notre bonne ville de Fribourg bien proprette.

Karl Inglin

* Selon l’0uvrage de référence “Flore de la ville de Fribourg” de Christian Purro et Gregor Kozlowski, l’Oxalis corniculé est une espèce méditerraéenne très rare et peu abondante à Fribourg (une dizaine d’endroits référencés)

Photos prises le 11 mai pour la première et le 14 mai pour la deuxième au même endroit dans les environs du Bletz.

Oxalis corniculé

Feu Oxalis corniculé


Souvenirs 1800 (20)

13 mai 2012

Les souvenirs d’Elisabeth d’Affry (suite)

Dès leur retour de Strasbourg Elisabeth d’Affry et Nicolas Castella de Villardin n’habitent plus la ville de Fribourg. Ils s’installent à Montrechu (Monterschu près de Cormondes). Le château de Monterschu appartient à la famille Fégely, famille de la mère de Nicolas Castella de Villardin, Marie Madeleine de Fégely de Vivy.

Les inscriptions dans le journal d’Elisabeth se limitent pour l’essentiel à des invitations et des déplacements dans la campagne fribourgeoise (Wallenried, Belfaux, Nierlet, Givisiez, Seedorf etc) sans grand intérêt. Nous nous limitons aux inscriptions qui relatent d’autres événements. Ces inscriptions s’arrêtent au 30 juin.

le 5 mai – j’ai été avec mr de Villardin diner chez mde de berlens avec mr pierrou Castella et larmintran, c’est le jour ou ces messieurs faisait leurs comptes

j’ai été le matin chez papa faire ma malle, et l’après diné chez mr de Villardin ranger mes affaires avec Marianne guyot, nous avons été faire quelques visites à la marquise, mde odet

le 25 mai – j’ai été à Montrechu avec ninette, mr de berlens et mr de Villardin, ninette était à cheval sur flore et mr de berlens nous conduisait dans son phaëton (1)

papa, minette et guillaume sont venus à Valleried diner et nous sommes revenus apres ensemble à gevisy, ma tante Diesbach et mr de Mezieres sont aussi venus en passant, ils avaient diné à Courgevaux

nous avons envoyé un louis aux paysans de Montrechu qui voulait tirer pour mon arrivée afin qu’il n’en fassent rien, ce moyen a aussi bien reussi qu’à gevisy le 21 avril

le 1er juin – jour de Pentcôste, nous sommes partis par une pluie battante en cabriolet à la grand messe à Cormonde, au retour le cabriolet a cassé en consequence nous avons été obligés de faire le reste du chemin à pied par un chemin et un tems affreux

l’après diné nous sommes allés à gevisy en passant par Valleried, ou nous nous sommes arretés un moment

le 3 juin- papa, maman, mes soeurs, guillaume, le vicaire, le major, mr de Villardin et moi, avons été tous ensemble en pelerinage à tour (2), pour satisfaire au vœu que maman mes sœurs et moi avions fait pour papa, au 2 mars (3), d’aller aux hermites, l’image miraculeuse n’y etant plus, maman a fait demander a l’evèque la permission de changer le lieu du voyage, ce qu’il a accordé, en consequence nous avons été prier et entendre la messe que le vicaire nous a dite a tour, nous avons dejeuné chez le curé et en repassant a montagni, papa, mr de Villardin et moi avons été faire visite a mr Colin georgeou et charlon castella

en revenant a gevisy en char a banc, il est survenu une forte pluye qui nous a bien mouillés, il y avait si peu d’apparence que nous n’avions point de parapluye, nous n’avons diné qu’a quatre heures en arrivant a gevisy

le 11 juin – nous sommes partis de montrechut charles, mimi, constantin, guillaume et minette avec nous pour gevisy ou nous avons diné tous, après diné nous sommes revenus à la ville, ou j’ai logé pour la première fois chez mr de Villardin

le 12 juin – fête dieu, grande procession ou les grenadiers ont figurés en grande parade, après l’avoir vue passer de chez mimi j’ai été a la grand messe avec elle, rosalie a fort bien chanté, guillaume et mr Louis sont venus diner ici, guillaume y a couché, mde de Berlens a envoyé chercher mr Sudens pour mr Colin qui était fort souffrant

1) Phaéton: voiture à quatre roues haute et légère (voir illustration)

2) Notre Dame de Tours: lieu de pèlerinage près de Cousset

3) début mars Louis d’Affry était malade

Si vous avez manqué le début: https://frbourg.wordpress.com/souvenirs-1800/

Dimanche prochain dernier épisode de Souvenirs 1800

Phaéton

Notre Dame de Tours

Extraterrestres

12 mai 2012

Ce matin sur la place de l’Hôtel-de-Ville Brigitte Meuwly et Antonio Bühler ont présenté leur spectacle urbanthropus, ces personnages étranges et futuristes qui utilisent l’architecture du lieu et font ainsi de chaque représentation une œuvre unique.

Ce spectacle a eu lieu dans le cadre de la Fête de la Danse 2012.

Oskar Coursin de la rue des Epouses joue de l’accordéon depuis sa plus tendre enfance. Il est talentueux et musicien jusqu’au bout des doigts. Demain soir il interprète des compositions de Galiano et Piazolla.

Café du Tunnel, samedi 12 mai 2012 à 21.00h

Oskar Coursin

Concert du poète, auteur-compositeur et interprète fribourgeois Guy Sansonnens dans le cadre des jeudredis de l’Art Buvette.

Jeudi 10 mai 2012 dès 18.30

Guy Sansonnens

Les souvenirs d’Elisabeth d’Affry (suite)

le 5 mai – nous sommes partis à quatre heures du matin, j’ai été avec mde Vallier la petite et sa bonne dans un postvagen quelle avait pris pour sa course et ces messieurs sont partis avec les chevaux de mr de Roll, a peine avions nous fait une lieue, que la bonne se trouva mal et vomit a cause de la place de devant quelle avait, de sorte que je lui rendis celle du fond, et m’en allai dans notre voiture jusqu’à berne, nous nous sommes arretés à fraubrunn, pour changer de chevaux et déjeuner

j’ai ecrit par le cocher un mot à mlle Settier en lui envoyant la mesure et un echantillon de cheveux pour une perruque quelle voulait bien se charger de me faire faire

arrivés à berne d’assez bonne heure, j’ai été chez mde Savary et chez Sophie, mr lanther est venu nous voir et nous l’avons invité à diner, mr Savary que nous n’avions pas trouvé le matin est venu nous voir pendant le diné

comme on nous avait donné une chambre que le general moncei (1) venait de quitter, le gal monchoisi (2) qui l’y croyait encore vint l’y chercher, voyant qu’il s’était trompé, il s’arrête un moment, cause avec mdme Vallier qu’il connaissait fut très honnête et s’en alla

Mr de Villardin m’a donné une petite chaine d’or fort jolie et une tasse de porcelaine qu’il avait acheté à la foire de berne, après diné mde aftelmann nous a engagé en attendant les chevaux a aller dans sa chambre ce que nous avons fait, elle y a été très aimable

arrivés à la porte de la ville je fis mes adieux à mde Vallier, dit à jacques blanc de conduire la voiture jusqu’à la porte des etangs, et je montai la ville à pied avec guillaume et Mr de Villardin, je rencontrai mr ett mde bugnon, mde forestier et josephine, de qui j’ai reçus les complimens, étant arrivés à la porte avant la voiture, nous avons continué jusqu’à jevisy à pied, nous avons rencontré au cimetière de l’hôpital mdes de berlens et boccard avec ninette, mr boccard, albert fegely et ensuite consatantin, ils sont venus avec nous jusque vers la porte, ils arrivaient de gevisy ou on nous avait attendu toute la journée

nous sommes enfin arrivés à gevisy ou j’ai trouvé mes parens en bonne santé, j’ai eu un plaisir extrême a les revoir, j’ai donné à julie un eventail et à minette un peigne doré, j’ai trouvé le major etabli à gevisy

le 6 mai – j’ai été chez mdme de Berlens le matin ainsi que chez mes tantes fegely, Vicomtesse et Diesbach, à mon retour à gevisy j’ai trouvé sur ma table dans ma chambre le charmant necessaire que mr de berlens m’avait envoyé pendant que j’étais à fribourg qui m’a causé autant de surprise que de plaisir, après diné nanette est venue avec constantin et plus tard, mr de berlens est venu avec ninette, je lui ai fait mes remerciemens et j’ai donné un demi louis à bertschi qui avait été le porteur du necesssaire

nanette est partie avec mr de berlens dans son Wicki avec ninette

Charles était venu me voir de bon matin et il est venu en ville et revenu à gevisy avec moi, mimi est parie pour engi avec son père, j’ai donné une tasse de porcelaine au major

le 7 mai – j’ai été chez mes tantes Diebach et fegely, j’ai rencontré mimi qui arrivait de cugi, elle est venue avec moi à la maison de papa ou j’avais affaire

près diné mde de berlens et ma tante Diesbach sont venues nous avons fait un lotto et pris du thé ensembles

marianne guyot est venue et je lui ai dit de venir le lendemain pour s’établir avec ses effets

le 8 mai – marianne guyot est entrée à mon service

le 9 mai – j’ai été diner chez mdme de Berlens avec Walpourg son mari, belon et minette

j’ai été le matin à la maison de mr de Villardin avec mde Boccard et minette, j’y ai trouvé beaucoup de fleurs que mde boccard y avait fait apporter et un oranger en fleur et deux balons d’or en fleur et en pot, nous avons été voir toute la maison, dela j’ai été voir mde Gottrau, après mlle fegely et mde la brigadière à diné

mr de berlens m’a donné un très joli ridicule (3) et mr de Villardin un voile imitant la blonde noire, une robe de toile de jouey (4), deux chapeaux et un bonnet, j’ai donné aux gens de mr de Villardin un mouchoir et un demi louis à chacun

le 10 mai – mr de berlens, sa mère et ses sœurs ont dinés ici ainsi que madelaine, Gottrau de Nierlet, après diné on a été au verger, flore le petit cheval de ninette sur lequel elle était venue, minette y a monté longtems et s’en est fort amusé ainsi que tout le monde qui était la, mais en s’en allant à l’écurie il a donné un coup de pied au visage à libeck qui nous inquiète beaucoup, nous craignions pour son œil, qui heureusement n’eut point de mal, on le pansa ici, ensuite on le conduisit en cabriolet à la ville, un moment après nanette et fanchette sont venues

le 11 mai – nous avons été déjeuner avec mde de berlens, mr de berlens, ninette, tante Diesbach, Charles et mes sœurs et constantin

1) Général Bon Adrien Jeannot de Moncey

2) Général Louis Antoine Choin de Montgay, baron de Montchoisy

3) Ridicule, sac que les femmes portent à la main pour y mettre leur mouchoir, leur bourse, etc. Ridicule, en ce sens, est une corruption de réticule. On le nommait précédemment sac à ouvrage (Dictionnaire National 1855)

4) Toiles de Jouy, toiles (coton) peintes originaires de la manufacture de Jouy-en-Joras (près de Versailles) (Dictionnaire National 1855)

Si vous avez manqué le début: https://frbourg.wordpress.com/souvenirs-1800/

Berne

La manufacture de Jouy

Cela fait plus d’une année que Gilles Hauser enchante les visiteurs du Blog du Bourg avec ses regards émerveillés sur la nature. Du  4 mai au 25 mai 2012 Gilles expose un choix de ses photos animalières dans l’école qu’il fréquente.

CO du Belluard, Derrière les Remparts 4

du lundi au vendredi de 8.00 à 12.00 et 14.00 – 18.00

Vernissage vendredi 4 mai 2012 dès 16.15

Photo Gilles Hauser

Photo Gilles Hauser

Photo Gilles Hauser

1er mai

1 mai 2012

La rue des Epouses est le “coin” des épouses fidèles et des maris modèles. On peut ajouter un chœur fidèle. Comme l’année dernière, le chœur Mon Pays et venu fêter le 1er mai. Après une sérieuse mise en voix, le groupe folklorique fribourgeois a effectué sa traditionnelle tournée du 1er mai dans le quartier du Bourg.

http://www.mon-pays-groupe-folklorique-fribourg.ch/

Le groupe folklorique Mon Pays