Du nouveau dans la gastronomie du Bourg.

L’établissement du “Rendez-vous” à Fribourg est devenu un restaurant sans égal (singolo), grâce à Emilio, le cuisinier sicilien. Une véritable cuisine de métier, avec d’authentiques recettes et produits “sauvages”, comme il dit, de l’amuse-bouche au dessert. On ne parle pas de chaînes à franchises pseudo-italiennes ni de lessiveuses fiscales, là. Je sors de sa cuisine (littéralement) où j’ai dégusté à discrétion les fromages de pâtres de sa région et les macérations inénarrables qu’il confectionne lui-même dans des caves mystérieuses dont Fribourg regorge. Car Emilio adore faire découvrir aux clients ses dernières concoctions à base de produits exclusifs: cela lui fait énormément plaisir, cela se voit, et c’est contagieux dans le bon sens du terme. Il faut dire alors que le rapport qualité-prix est très avantageux – pour tout le monde. On reçoit plus que dans son assiette!

Ils ne font pas de pub, mais Emilio est un homme-sandwich à lui tout seul, érudit en littérature de cuisine en plus. Vous avez déjà rencontré un cuisinier qui peut vous parler de Brillat-Savarin, Auguste Escoffier et un Milanais dont j’ai oublié le nom – les trois maîtres de la cuisine, dit-il? Et tant d’autres choses… Cela me fait songer aux pâtissiers de Fribourg qui ont disparu – ceux qui avaient reçu les traditions bavaroises, autrichiennes des copieuses crèmes alcoolisées qu’on ne connait plus (Joye, Perriard, etc.) sous l’effet conjugué d’un hygiénisme faiblard et d’un snobisme en verrine calibré pour employés de banques et agences de tourisme recrutant peut-être les neuves générations (hélas!).

À essayer, le “Rendez.Vous”. C’est au bas de la rue de Lausanne, rue Pierre-Aeby 1. Le quartier du Bourg n’est pas mort!

Ma critique personnelle: le décor est un peu froid et fruste et ne correspond pas encore à la perle rare qui sommeille en ce lieu. Mais Emilio a du coffre, et il réchauffe l’atmosphère.

J’oubliais: Emilio aime sa Sicile natale, et il en connaît un rayon sur les cuisines du monde, en particulier en ayant passé une partie de sa vie sur l’île caribéenne de Saint-Martin, mais il ajoute qu’en Suisse “vous avez une qualité de vie incroyable, des produits de base de qualité magnifique, c’est le mieux que j’ai connu, et c’est essentiel pour la cuisine.” Espérons que nos représentants attendent un peu avant de les miser au marché du Temple ou dans des souks lointains!

JC Emmenegger

Emilio Di Blasi – Le Rendez-Vous

La Ville de Fribourg lance, à partir du mercredi 23 janvier une étude qualitative sous la forme d’une enquête de terrain, afin de dresser un diagnostic fin des pratiques actuelles en matière de stationnement dans le Bourg et appréhender les besoins des usagers.

Dans le cadre de la requalification du quartier du Bourg et dans le prolongement de la révision du Plan d’aménagement local, mis à l’enquête publique en fin d’année 2018, le Conseil communal de la Ville de Fribourg souhaite analyser de façon plus fine les pratiques des usagers en matière de stationnement, dans le quartier du Bourg et le pourtour de la Cathédrale. D’où viennent les utilisateurs ? Quels sont leurs motifs de déplacement, leurs besoins multimodaux, leur contribution à l’économie du quartier ? Autant de questions, parmi d’autres, qui nécessitent d’être clarifiées pour mieux comprendre les besoins réels et effectifs du Bourg en matière de stationnement.

Un changement de paradigme est palpable dans la relation de l’Homme envers son environnement. Les espaces publics, qui revêtaient un aspect fonctionnel il y a peu, tendent de plus en plus vers une vocation d’espaces de détente et de rencontre. Cette évolution sociétale place l’usager au premier plan. La fonctionnalité devient secondaire. Le but du sondage est par conséquent la réalisation d’une étude sur les usages et l’objectivation des besoins.

L’étude a été confiée par la Ville de Fribourg à Mobil’homme, bureau de sciences sociales basé à Lausanne et spin off du Laboratoire de sociologie urbaine (LaSUR) à l’EPFL. La méthode mise en œuvre pour réaliser ce diagnostic a déjà été appliquée avec succès dans le cadre d’autres études d’usages. Elle repose prioritairement sur un questionnaire d’une dizaine de minutes, permettant de définir les profils des usagers, leurs motifs de stationnement ainsi que le rythme et la temporalité de celui-ci. Le questionnaire est rempli avec les usagers. Le dispositif inclut une présence de quatre enquêteurs, à différents moments de la journée et de la semaine sur certains points stratégiques du périmètre, dont les parking de la place Notre-Dame, de la place des Ormeaux et du Petit-Paradis, ainsi que du pourtour de la Cathédrale. Une analyse statistique des données récoltées permettra de dresser un diagnostic complet des usages et de mettre en lumière les points saillants des besoins en stationnement.

Le Conseil communal remercie la population de faire bon accueil aux enquêteurs.

(Communiqué de la Ville de Fribourg)

Pour débuter en beauté l’année 2019, la Galerie J.-J. Hofstetter propose une exposition et un concert.

Du 18 janvier au 16 février 2019 la galerie expose les œuvres de Cecilia Demarmels, Emmanuel Lendenmann et Lauriane Sallin.

Vernissage vendredi 18 janvier 2019 dès 18h.

Le Francis Coletta Trio, Francis Coletta (guitare), Antoine Ogay (contrebasse) et Chris von Hoffmann (batterie) sera en concert le vendredi 25 janvier 2019 à 20h.

Cecilia Demarmels

Emmanuel Lendenmann

Lauriane Sallin